ESPACE MEMBRE
      Mot de passe perdu  


Philippe CIALDELLA  (promotion 1979) nous informe de la parution de son livre, en auto-édition : "Une galerie de portraits à l’asile du Rhône, 1903-1914".

De nombreux clichés ont été pris à l’asile départemental du Rhône, à Bron, actuel CH Le Vinatier.
Cet ouvrage est à la fois une enquête « policière », un recueil de photographies et un récit de micro-histoire.
 
couv cialdella galerie portraits asile rhonePhilippe CIALDELLA
Une galerie de portraits à l’asile du Rhône, 1903-1914
 
Auto-édition
357 pages
Série très limitée.
Les personnes intéressées peuvent prendre contact auprès de Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Lien pour découvrir la 4e de couverture
 
 
Ce livre n’est pas seulement une galerie de photos mais une enquête « policière » pour retrouver les personnages qui figurent sur les plaques de verre, supports de photographies retrouvées dans une malle par l’auteur. Cet ouvrage m’a fait un peu penser à "Dora Bruder" de Patrick Modiano. L’auteur nous fait vivre cette recherche et retrace à travers une importante bibliographie la vie de l’asile au début du siècle et pendant la grande guerre. Il y avait des chefs de quartier, des infirmiers, des internes (non issus des HCL), un amphithéâtre (d'anatomie)… et deux fermes dans ce village dans la ville. Le Dr Jean LEPINE, futur doyen de la faculté de médecine et de pharmacie de Lyon, y fut médecin chef de 1911 à 1944.
On y apprend l’historique de la profession d’infirmier psychiatrique… et de nombreuses anecdotes. A cette époque il n’y avait que peu de traitements médicamenteux efficaces et on se prend à imaginer la vie des aliénés. C’était il y a seulement un siècle. L‘asile départemental est devenu, hôpital psychiatrique puis Centre Hospitalier Spécialisé du Vinatier. En dépit des progrès thérapeutiques et de la réhabilitation psychiatrique, qui ont permis la réduction de la durée des séjours et du nombre de patients hospitalisés, il y aura probablement toujours besoin d'un lieu d'accueil, d'hospitalisation, mais à quoi ce lointain successeur de l'asile ressemblera-t-il en 2050 ? Alors que nous assistons à une raréfaction dramatique du nombre de psychiatres en France, cette sous-médicalisation nous fait repenser à ces heures où un médecin était responsable, assisté de deux internes, de plus de 700 patients.
Jean DEPASSIO (promotion 1975)
 
 

You have no rights to post comments

Go to top